mardi 23 janvier 2018

jeudi 30 avril 2015

Présentation

Ce texte avait servi comme présentation pour un groupe lors d'une proposition d'atelier , il parle  globalement du mouvement régénérateur et permet de s'en faire une idée.

Bonjour,

Nous nous rencontrons prochainement, pour expérimenter en groupe la pratique du mouvement régénérateur,  Katsugen Undo, qui se traduit ainsi :
 "mouvement de la force à l'origine de la vie" ; on pourrait aussi parler à juste titre  "d'état régénérateur".

Pour nous occidentaux la notion de mouvement est souvent  intimement liée à fabriquer un mouvement, créer un mouvement, répéter, refaire un mouvement...

Alors que  le mouvement régénérateur est une pratique de NON FAIRE.

Le Katsugen-Undo est une pratique au cours de laquelle, après une série de mouvements respiratoires et déclencheurs, visant à rendre propice un état de non-faire, de relâchement, de non-penser ; on laisse le corps s’exprimer spontanément, naturellement. Il y a mouvement visible extériorisés ou non visibles , intériorisés. Le Mouvement régénérateur ne pouvant pas être prémédité , il n'y a pas de leçon à suivre,  de recherche de résultat ou d'effort à fournir.

Ces mouvements de l'être se produisent déjà naturellement chez chacun, sans que nous en ayons conscience. Ainsi notre système involontaire est en permanence très actif. En effet nous baillons spontanément, comme  nous  n'appliquons  aucune volonté  pour faire battre notre cœur, travailler nos viscères, transpirer, trembler etc...etc...
Finalement notre volonté est bien peu de chose par rapport à la vitalité du système involontaire.
Un très bon exemple du mouvement régénérateur naturel, est ce mouvement brusque, soudain, que l'on peut avoir au moment de s'endormir ; c'est le passage entre l'état de veille et de sommeil, on pourrait dire le moment d'entrée dans le "non faire" du sommeil où nos fonctions vitales vont continuer de fonctionner ; nous dormons mais nous sommes toujours vivants !
Aussi si l'on observe les mouvements des jeunes enfants, des nourrissons, l'on ressent bien que ce ne sont pas des gestes,  qu'ils sont sans volonté, sans but ou utilité ; simplement le corps réagit à une stimulation.
L'observation de la nature nous place de suite devant cette évidence.
La pensée est trop lourde pour le mouvement elle lui impose un détour ; dans le mouvement régénérateur, le mouvement parle de lui même, c'est la vie qui aide la vie.
C'est le courant de la vie qui se manifeste tout simplement.
Ce flux, courant de la vie, les japonais le nomment "KI", ce terme qui peut se traduire par, souffle, énergie, fait partie intégrante de leur vie, à tel point qu'il est intraduisible.
La pratique du mouvement régénérateur est une forme d'auto-régulation du "KI".


Si de toute évidence cela permet de dénouer les tensions de toutes sortes qui se sont accumulées et inscrites dans la vie ou le vécu quotidien, de réguler les humeurs, de restaurer la santé, les  vertues thérapeutiques du mouvement régénérateur, n'en sont ni le point de départ ni le but.
Pas plus qu'il ne s'agit d'une thérapie émotionnelle, ou d'un état de transe, on est là, on est bien là, c'est le courant de la vie qui agit.
Si quelque-chose s'exprime, cela s'exprime, mais c'est sans volonté, sans induction, sans attente.

_____________________
.

Cette pratique est issue du Seitai, une méthode de santé non conventionnelle, initiée par Maître Haruchika Noguchi, Seitai signifie "corps ajusté". Elle s'appuie sur les capacités d'auto-guérison du corps humain. 
Pour H.Noguchi la maladie est un désir d'équilibre. La pratique vise à stimuler la sensibilité naturelle du corps à s'auto-restaurer.
Si le Seitai forme de véritables experts de la santé, Le Katsugen undo (mouvement régénérateur) qui en découle , en est en quelque sorte la partie "exotérique",  non technique, destinée à ceux qui recherchent une pratique individuelle pour normaliser leur terrain . Par cette pratique on peut obtenir les mêmes bénéfices qu'avec la pratique de Seitai qui est très technique et est une véritable spécialité.

En France, Le Seitai et le K.Undo furent introduits par Itsuo Tsuda, qui écrivit aussi neuf ouvrages sur la question.

Itsuo Tsuda a défini comme suit cette pratique :

"SANS CONNAISSANCE, SANS TECHNIQUE, SANS BUT"

Il fut l'élève de Haruchika Noguchi, créateur inspiré du Seitai mais aussi de Morihei Ueshiba , ce maître d'arts martiaux, fondateur de l'Aikido et à ce titre, Itsuo Tsuda laisse entendre que si l'Aikido dirige le Ki et le mouvement régénérateur l'équilibre.

________________________

Alors le mouvement régénérateur c'est facile ? Oui nous le pratiquons en permanence sans y prêter attention ; en pratiquant on peut se rendre compte que ce qui semble difficile c'est le NON FAIRE !
Ou plutôt laisser la vie faire.

_______________________
.

Le mouvement régénérateur se pratique seul quotidiennement et en groupe lors de "stages" (pratique continue) et de la pratique de groupe hebdomadaire.
Naturellement par l'effet de groupe et la pratique, le "mouvement" se déclenche  plus facilement, les pratiquants peuvent ainsi en faire l'expérience.
La pratique seule est nourrie de la pratique de groupe et inversement.

Olivier Laude












       

lundi 27 avril 2015


Non Faire, 

Non Volonté, 

Non Agir, 

"sans espoir ni crainte", 

 dans le silence du non faire,

abandonné et sans effort

juste "lâcher l'affaire" !






"Enso", représentation traditionnelle de la vacuité comme un cercle vide.
Calligraphie de Daido Bunka (1680-1752) ;
texte à gauche : "C'est quoi ?"

dimanche 26 avril 2015

En quelques mots...





Katsugen undo : 活元運動 mouvement régénérateur

(katsu) vivre, régénérer – (gen) source, origine – (un) porter, transporter –
  (dou) mouvement.

Littéralement : le mouvement de la force à l’origine de la régénération.
....

Katsugen soho : 活元 操法

Littéralement : la méthode, la technique (qui se place) à l’origine de la régénération.
....

Seitai : 整体 le corps réajustéCoordination physique.

 (sei) organiser, régler, arranger – (tai) le corps.

Itsuo Tsuda disait aussi que dans seitai, on entend :

 (seit) posture –  (ai) harmonie : l’harmonie de la posture.

Seitai soho : 整体 操法 la méthode, technique savante du seitai.

Yuki : 愉気 la plénitude du ki.
(yu) la joie – (ki) l’énergie.


Extrait du glossaire du livre Le Corps accordé,  d'Andreine Bel

samedi 25 avril 2015

Le mouvement régénérateur présentation par Itsuo Tsuda


Qu'est-ce que le mouvement régénérateur

Le Mouvement régénérateur se pratique par la suspension momentanée du système volontaire. Il ne nécessite aucune connaissance, ni technique. Au contraire il faut nous en décharger. La recherche d'une finalité préalablement déterminée ne fait qu'entraver l'évolution naturelle de notre être.
Le principe que nous avons formulé est donc :

"SANS CONNAISSANCE, SANS TECHNIQUE, SANS BUT"

Pour qui voit le Mouvement régénérateur pour la première fois le spectacle est assez surprenant. Comme on est accoutumé à des mouvements plus ou moins contrôlés, intellectualisés, voire même recherchés, un mouvement qui dépasse le cadre volontaire fait penser à la maladie, à la folie, ou à l'hypnose; le Mouvement régénérateur semble se prêter à de telles interprétations.
La vérité est tout autre. Pendant le Mouvement, le conscient, au lieu d'être angoissé comme celui d'un malade, reste calme et serein. Au lieu d'être confus comme celui d'un fou, il reste lucide. Au lieu d'être cerné et limité comme celui d'un hypnotisé, il reste libre.
On n'exécute pas le Mouvement régénérateur. C'est lui qui se déclenche, en répondant au besoin de l'organisme.

Etant donné que ce besoin diffère d'un individu à un autre, et chez le même individu, d'un moment à l'autre, il ne peut y avoir aucun mouvement uniformément programmé. De ce fait, rien n'est aussi facile que de dévier ce qui est naturel, en ajoutant quelques "ingrédient séducteurs".
Théoriquement, il existe deux formes de Mouvement régénérateur : l'une existant de fait chez tous les individus, sous forme de réactions naturelles de l'organisme, telles que: bâillement, éternuement, agitation pendant le sommeil, etc.; l'autre, dont la formule a été mise au point il y a un demi-siècle par Maître Haruchika Noguchi. C'est cette dernière forme que nous pratiquons.
Pour s'initier au Mouvement, il est souhaitable d'attendre que l'on ait atteint un certain degré de maturité mentale et que toutes les solutions proposées soient remises en question. Il ne faut l'imposer à personne, pas même à votre famille, et pas n'importe quand. Il est essentiel que le désir germe en soi pour le retour au naturel. On n'arrache pas les fruits avant qu'ils ne soient mûrs.

Le Mouvement régénérateur ne constitue pas un apport extérieur. Il trace le chemin pour la découverte de soi en profondeur. Ce chemin n'est pas en ligne droite vers le paradis, il est tortueux.

C'est à chacun, à sa propre responsabilité, de trouver son unité d'être.
A mesure que le corps se sensibilise, il peut se produire le réveil de sensations perturbantes, ce qui rebute les gens qui n'ont pas une bonne compréhension au départ.
Le mouvement, après avoir atteint des intensités très marquées, se calme graduellement. Il devient plus subtil. La respiration s'approfondit. Le mouvement finit par coîncider avec le mouvement dans la vie quotidienne, celui-ci, devenu tellement naturel qu'il n'y aura plus besoin de faire quelque chose de spécial.

Le terrain sera alors normalisé.

Cette normalisation n'est pas simplement physique, mais aussi psychique. Une nouvelle perspective se crée à mesure que se développe l'aptitude à la fusion de sensibilité qui affecte nos rapports humains et nos réactions au milieu ambiant.
Si cette fusion élargit l'ouverture de notre esprit, on atteindra l'état du non-corps et non-mental. C'est alors qu'on découvrira que l'homme est foncièrement LIBRE.

Itsuo Tsuda 

mardi 21 avril 2015

Itsuo Tsuda


C'est à Itsuo Tsuda, que l'on doit l'introduction en France du Katsugen Undo, le mouvement régénérateur.
                                                                                                                             
Itsuo Tsuda naquit en 1914. A l'âge de seize ans, il se révolta contre la volonté paternelle qui le destinait comme héritier de sa fortune (droit d'aînesse) ; il quitta sa famille et se mit à vagabonder à la recherche de la liberté de pensée. Après s'être réconcilié avec son père, il vint en France en 1934, et fit ses études avec Marcel Granet et Marcel Mauss jusqu'en 1940, année de son retour au Japon. Après 1950, il s'intéressa aux aspects culturels du Japon, étudia la récitation du Nô avec Maître Hosada, le Seitai avec Maître Noguchi, et l'aïkido avec Maître Ueshiba. Itsuo Tsuda revint en Europe en 1970 pour propager le mouvement régénérateur et ses idées sur le « ki ».